Association des Anciennes et Anciens Elèves 

de Notre-Dame de Sion à Strasbourg

Accueil ] Remonter ]

 

Accueil
Remonter

Notre Dame de Sion - Thèmes

QUELQUES ASPECTS DE LA VIE A SION DANS LE PASSE

UNIFORMES DES ELEVES

- Le premier uniforme des élèves était bleu marine avec col et poignets blancs.

- Vers 1932 : uniforme couleur « brun-roux » pour la robe sans manche et beige pour le corsage.

- Après 1945 : bleu marine et corsage blanc ou bleu.

- Vers 1960 : jupe « écossaise » : bleu roi, bleu marine et noir, pull bleu roi et chemisier bleu clair (en banlon !!) à col Claudine et manches courtes bouffantes.

Un chapeau à large bord accompagnait l’uniforme après la guerre, puis un béret bleu marine et enfin un foulard, pour aller à la messe.

Après la guerre, les élèves portaient un tablier bleu marine sans manche.

Une ceinture de tissu était bouclée sur le tablier, de couleur différente pour chaque niveau : orange pour les 7èmes, bleu foncé pour les 6èmes… arc-en-ciel pour les 2ndes et violette pour les 1ères .

Les élèves portaient une croix : autour du cou avant-guerre et aussi après-guerre. Le ruban auquel était cousue la croix était de la même couleur que la ceinture.

Par la suite, la croix était cousue à un morceau de tissu, toujours de même couleur que la ceinture, mais épinglé sur le tablier.

Les élèves de Terminales ne portaient pas d’uniforme.

Fin des années 1980 : suppression de l’uniforme.

COSTUMES DES RELIGIEUSES

- Les Sœurs gardèrent le costume d’origine jusqu’au début des années 1960 (voir photo): une certaine élégance, une croix au bout d’une grosse chaîne et un grand chapelet, dont les grains étaient des noyaux d’olives, était attaché à la ceinture. Lorsque les Sœurs marchaient, le bruit que faisait le chapelet permettait de les entendre venir de loin.

- Puis les Sœurs portèrent un costume plus pratique : petit voile, robe grise ou noir à mi-mollets…

- Très vite, la majorité des Sœurs s’habillèrent en civil.

« LES NOTES »

Dès le début, en 1919, « les Notes » existaient.

En début de journée, la maîtresse de classe réunissait sa classe pour la prière, des enseignements moraux, de savoir-vivre… et « les notes ». Chaque élève évaluait son attitude de la veille dans les domaines : discipline, application… et donnait cette note à voix haute.

A la fin du mois, il y avait une évaluation de l’évolution de l’élève, ce qui lui permettait d’avoir le cordon porté en bandoulière (avant-guerre et jusque dans les années 1950), de garder la croix ou d’en être privée (jusqu’au milieu des années 1960).

LES FETES ET MANIFESTATIONS

- Lever des couleurs tous les matins durant quelques années après 1945.

- Le 8 décembre (puis le premier samedi de décembre) qui devint la fête des Anciennes dès l’avant-guerre.

- Sainte Odile avant-guerre et quelques années après-guerre.

- 20 janvier : anniversaire de l’apparition de la Vierge Marie à Alphonse Ratisbonne ; il y avait distribution d’excellents caramels faits maison.

- Avant-guerre : procession de la Fête Dieu dans le jardin avec des autels préparés.

- Montée au Mont Sainte-Odile (avant-guerre)

- Fête de Jeanne d’Arc (avant-guerre)

- La fête de fin d’année, longtemps appelée « fête des missions » qui se déroulait dans la cour.

- Les « grandes assemblées » au cours desquelles des élèves récitaient des poésies, donnaient des spectacles de danses…

LA VIE SPIRITUELLE

Institution catholique, Notre-Dame de Sion a toujours accueilli des élèves d’autres confessions religieuses. L’enseignement religieux catholique est important :

prière du matin lors « des notes »,

  • Magnificat chanté au réfectoire,

  • messe hebdomadaire,

  • cours de « religion » faits par les Sœurs ou les aumôniers comme l’abbé Michel avant-guerre, le Père Ducatillon, le Père du Haÿs…,

  • pendant longtemps la préparation à la Première Communion, à la Confirmation, à la Communion Solennelle se faisait dans le cadre de l’école,

  • retraite annuelle.

LA VIE SPORTIVE

Il y avait des équipes de basket et de volley, pratiquement dès l’origine de Sion-Strasbourg, qui faisaient des matchs contre des équipes d’autres pensionnats et avaient un goût prononcé de la victoire.

Les élèves de Sion appartenaient à l’UGSEL (Union générale sportive de l’enseignement libre) dans le cadre de laquelle étaient organisées des compétitions entre les établissements de différentes villes de France. Cela permettaient aux équipes de partir quelques jours à Tours… (coupe d’athlétisme en 1949).

Plus simplement, les élèves, accompagnées des religieuses (notamment Mère Marie-Claire) allaient à la piscine. Pendant les récréations, les parties de ballon-prisonnier étaient fréquentes.

GEUDERTHEIM ET GERARDMER

- Dans les années 1920, les Sœurs acquirent la propriété de Geudertheim, à 15 km au Nord de Strasbourg. Les élèves y effectuaient des retraites, des sorties, y passaient des fins de semaines et y faisaient les révisions du bac. L’âne Sidi les attendait.

- La maison de Gérardmer fut acquise en 1936. La maison a servi de base de repli pendant la guerre.

Par la suite, les élèves y allèrent surtout pour les révisions du bac, logées, après la guerre, dans le « petit chalet ».

Que de bons souvenirs liés à ces lieux campagnards, où externes et pensionnaires se retrouvaient, pour travailler certes, mais aussi pour vivre d’excellents moments en commun.

LES PENSIONNAIRES

LES ASSEMBLEES

LES RELIGIEUSES

LES PETITES MARTHES

Copyright © 2002 2003 2004 2005 2006 2007  mhh & AAAE Notre Dame de Sion  --||

|--date de dernière modification jeudi 13 décembre 2007 10:59 +0100

pour les questions concernant ce site, envoyez vos commentaires au webmaster michel huot